imprimante-alimentaire

Les avantages des différentes méthodes d’impression 3D alimentaires

Plusieurs études de recherche se sont concentrées sur l’impression 3D d’aliments, lui conférant un sérieux au-delà de la façon dont beaucoup de gens la voient encore, ce qui est une nouveauté. Un groupe de chercheurs donne un aperçu des multiples méthodes disponibles pour l’impression 3D d’aliments, ainsi que leurs objectifs, leurs avantages et leurs inconvénients. Ils évaluent chaque technique en fonction de l’imprimabilité, de la productivité, des propriétés du matériau, des paramètres d’effet et du mécanisme d’impression.

L’impression 3D d’aliments

La première méthode que les chercheurs examinent est l’impression 3D par extrusion, qui est similaire à la modélisation par dépôt par fusion (FDM), sauf que le matériau de départ peut être solide ou pâteux. Des exemples d’aliments imprimés avec cette méthode sont la pâte, la pâte de viande et le fromage. Les chercheurs signalent plusieurs autres études qui ont été menées à l’aide de cette méthode, notamment des études axées sur l’impression 3D de biscuits au sucre, de gel de jus de citron, de gel de poisson et de chocolat. Les résultats glanés de ces études comprenaient :

La vitesse de déplacement de la buse et le taux d’extrusion affecte la qualité de l’impression alimentaire 3D
L’ensemble extruder doit être le plus rigide possible, notamment pour l’impression 3D de chocolat
Un système de refroidissement actif, efficace est nécessaire pour l’impression 3D de chocolat.

Les avantages de l’impression 3D

Les avantages de l’impression 3D par extrusion, selon les chercheurs, sont les faibles coûts des imprimantes d’entrée de gamme, la variété des matières premières disponibles et la facilité de personnalisation. Les inconvénients incluent le faible niveau de précision et le long temps de construction.

L’impression 3D à jet d’encre est la prochaine méthode examinée. Les imprimantes à jet d’encre impriment normalement avec des liquides à faible viscosité, elles ne sont donc généralement pas utilisées pour l’impression 3D de structures alimentaires complexes et sont plutôt reléguées à des choses telles que le remplissage de surface ou les décorations sur les biscuits, les gâteaux ou les pizzas. Les matériaux comprennent du chocolat, de la pâte liquide, du glaçage au sucre, de la pâte de viande, du fromage, des confitures et des gels.

« Ce procédé fonctionne généralement à l’aide de têtes thermiques ou piézoélectriques », précisent les chercheurs. « Dans une imprimante à jet d’encre thermique, la tête d’impression est chauffée électriquement pour établir des impulsions de pression qui poussent les gouttelettes de la buse. Il existe deux types de méthodes d’impression à jet d’encre : une impression à jet continu et une impression à la demande.

Les avantages de l’impression à jet d’encre incluent une haute résolution, une précision et une variété de matériaux. Les inconvénients incluent la délicatesse des éléments imprimés en 3D, qui peuvent être endommagés par le post-traitement.

Enfin, les chercheurs discutent du jet de liant. Cela implique l’utilisation d’un liant pour lier sélectivement des couches de poudre.

« Pour le processus de jet de liant, les propriétés du matériau en poudre et du liant sont importantes pour la réussite de la fabrication des pièces », déclarent les chercheurs. « Le liant doit avoir une faible viscosité appropriée dans laquelle la tension superficielle et la densité d’encre sont des propriétés appropriées pour empêcher la propagation des buses. »

Les avantages du jet de liant incluent une vitesse de production élevée et l’inclusion automatique de structures de support dans la fabrication de la couche. Les inconvénients comprennent un aspect rugueux ou granuleux et la nécessité d’un post-traitement pour éliminer l’humidité ou améliorer la résistance des aliments imprimés. N’hésitez pas à contacter polissage rhone-alpes pour savoir comment nous pouvons vous aider ou à quelles questions nous pouvons répondre pour vous.

Author: Damien